Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 13:45

Ceci est bien un blog de critiques de films, mais puisque je n’ai plus le temps de me prélasser dans les salles obscures, j’ai décidé d’écrire sur quelque chose que j’ai expérimenté pour la première fois : mon premier marché Cannois.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’un marché est, c’est simplement un endroit, en l’occurrence ici Cannes, où les professionnels du cinéma se rencontrent pendant une semaine pour vendre et acheter leurs films respectifs.

Armée donc de mon accréditation, j’ai donc pu circuler librement dans Cannes, sans l’angoisse de ne pas être légitime à être ici. J’ai pu donc mimer le fait que j’étais très importante (badge=respect), prétextant marcher vite en vue d’un « meeting ». Bref, je me suis complètement fondue dans ce décor Cannois du pressé, chic, et quelque peu dédaigneux sur les bords. Mais on leur en veut pas, c’est le jeu ma p’tite Lucette !

Moi qui ai l’ambition de devenir un jour vendeuse (inch’Allah !) j’ai pu donc m’immiscer doucement et gentiment dans ce monde très particulier qu’est la grande famille du cinéma. Je n’ai ni été déçue, ni émerveillée par ce monde, il est exactement comme je l’attendais : glamour, bobo, mondain et élitiste, mais qu’est ce que je l’aime ce monde ! En fait ce qui me plaît réellement, c’est que je suis enfin dans un univers où je peux entendre parler et discuter de cinéma toute la journée sans ennuyer les gens, c’est le pied !

Le plus gros point noir à Cannes, c’est les parasites : ceux qui ne connaissent rien au cinéma et qui viennent dans l’espoir de se faire voir et/ou de rencontrer des « stars ». Oui, des « stars » comme Nabilla ou Ayem, des vraies « stars » quoi !

Un autre gros défaut de ce festival est l’élitisme des soirées. Pour aller à soirée, dite « branchée », il faut avoir son propre carton d’invitation. Chose impossible si tu n’as pas fais la dernière pub Chanel, ou que tu n’es pas, bien évidemment, Nabilla.

Cannes a donc des défauts certes, mais il reste quand même le plus beau marché du monde. Et il m’a aussi permis de Monter les Marches (deux fois !), j’avoue que c’était un rêve de petite fille, et que c’est une sensation sans égale. Bon, à part quand les photographes baissent leurs appareils quand je passais devant eux. J’ai essayé pourtant d’attirer leur attention en faisant un peu mon Angelina, mais rien n’y a fait, je suis décidément pas (encore) une star.

Après la Montée des Marches – oui, parce qu’il y a un « après » – je suis allé voir des films.

14645--behind-the-candelabra-de-steven-500x0-2.jpgLe premier était Behind The Candelabra de Steven Soderbergh. C’est un biopic sur Liberace (Michael Douglas), un célèbre pianiste des années 70-80 qui était homosexuel, et qui a nié jusqu’à la fin de sa vie l’être. Dans le film, il entretient une relation amoureuse avec Scott Thorson (Matt Damon).

Le film est bon, les costumes sont impressionnants, et les acteurs le sont encore plus. Je suis d’ailleurs vraiment déçue que ça ne soit pas Michael Douglas et Matt Damon qui aient eu le prix d’interprétation masculine ex aequo. Pour moi, ils représentent la virilité et l’amour des femmes. Il faut bien rappeler que le premier a été en cure de désintoxication au sexe, et l’autre a été Jason Bourne, un agent secret super sexy, pendant 3 volets. Donc les voir au cinéma en string à paillettes, bodybuildé pour l’un et grande folle pour l’autre, je ne les voyais que gagner ! Mais le jury en a décidé autrement…

Je donne à ce film la note de 3/5.

the-immigrant-james-gray.jpgLe deuxième film que je suis allé voir est le dernier James Gray : The Immigrant, avec Marion Cotillard, Joaquin Phoenix et Jeremy Renner. Le film parle d’une jeune immigrée Ewa (Marion Cotillard) qui quitte la Pologne en 1921 avec sa sœur pour aller vivre à New York. Sa sœur, atteinte d’une tuberculose, doit rester à Ellis Island, alors qu’Ewa est recueillie par Bruno (Joaquin Phoenix).

Ce dernier film de James Gray est beau : belles reconstitutions, beaux décors, bons acteurs, mais il reste néanmoins décevant ; Il laisse un goût d’inachevé, et montre des scènes superflues et incomplètes.

En revanche, Marion Cotillard est bluffante. Pas forcément dans ce jeu d’actrice, car j’avais l’impression de la revoir dans son rôle de La Môme, mais je lui tire mon chapeau pour avoir pu sortir autant de dialogue en polonais de façon si convaincante.

Le dernier long métrage de James Gray reste bien, mais pas à la hauteur de ses derniers.

Je lui donne la note de 2/5.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Noémie fait son cinéma
  • : Blog de critiques de films.
  • Contact

Légende

ETOILE-HOLLY - Bof ...
ETOILE-HOLLY  ETOILE-HOLLY  - Pas mal !
ETOILE-HOLLY  ETOILE-HOLLY  ETOILE-HOLLY  - Top !!
ETOILE-HOLLY ETOILE-HOLLY ETOILE-HOLLY ETOILE-HOLLY - Génial !!!

Recherche